Accueil-Anais Perret Naturopathe

Homéopathie

L’homéopathie est une approche énergétique qui travaille sur la force vitale, c’est donc différent d’un remède traditionnel. Fondée à la fin du XVIIIe siècle par Samuel Hahnemann, c’est une méthode thérapeutique basée sur trois principes fondamentaux qui sont les suivants :

  1. La loi de similitude: Toute substance, capable d’entraîner certaines manifestations chez une personne en bonne santé, peut à très faible dose supprimer ces mêmes symptômes chez une personne malade. Ainsi, une substance qui rend malade à forte dose est susceptible de guérir à faible dose.
  2. La loi de l’infinitésimalité: les remèdes homéopathiques sont préparés à l’aide de dilutions successives selon une méthode propre à l’homéopathie pour aboutir à des doses très faibles. Lors de chaque dilution, les remèdes sont soumis à des secousses répétées, pour « activer » les substances selon un procédé spécifique appelé la dynamisation.
  3. Le principe de globalité ou d’individualisation : l’homéopathie appréhende la personne dans sa globalité (physique et psychique) pour rechercher les causes profondes des symptômes ressentis par le patient.

Cette thérapeutique suit donc une logique totalement différente de la médecine traditionnelle, qui vise à traiter les symptômes liés à la maladie.

 

Dans quels cas les utiliser ?

La posologie des remèdes homéopathiques dépend de plusieurs facteurs :

–  les symptômes à traiter (physique ou psychologique) ;

– la dilution du remède : plus la dilution est élevée, moins le nombre de prises quotidiennes est important et inversement ;

– le remède homéopathique en lui-même.

D’une manière générale, les hautes dilutions (au-delà de 9CH) sont à privilégier dans les circonstances suivantes :

– la recherche d’une action durable ;

– le traitement de symptômes chroniques ;

– le traitement de signes généraux (affectant l’ensemble de l’organisme, comme la fièvre ou la fatigue).

A l’opposé, les faibles dilutions (en-dessous de 9CH) sont généralement utilisées dans les cas suivants :

– la recherche d’une action rapide mais brève ;

– le traitement de symptômes aigus ;

– le traitement de signes locaux (affectant une partie de l’organisme, comme des douleurs à l’estomac).

La dilution 9CH est de loin la plus utilisée, et s’utilise dans toutes les situations intermédiaires.

 

Comment ça se prend ?

Ne touchez pas les granules et les globules avec les doigts. Utilisez les bouchons distributeurs adaptés à cet effet.

Prenez les au moins 15 minutes avant un repas ou 1h30 après un repas.

Évitez de la consommation de café, d’alcool, de tabac ou d’un produit à base de menthe (dentifrice, gomme à mâcher, …). Le moment idéal est le matin à jeun et le soir au coucher, avant le brossage des dents. Des dentifrices compatibles avec l’homéopathie (c’est-à-dire sans dérivé mentholé) sont disponibles dans les magasins naturels.

Laissez fondre les granules et les globules lentement sous la langue, sans les avaler.

Chez les nourrissons et les jeunes enfants, il est possible de dissoudre les granules dans une petite quantité d’eau. Une fois dissous, cette solution peut être administrée grâce à un verre, une tasse à bec ou un biberon. Il ne faut jamais dissoudre les granules dans du lait.

 

Pour qui ?

L’homéopathie à l’avantage de n’avoir que très peu (voir aucun) effet secondaire et n’a pas d’interaction avec la prise de médicament.

Adapté pour tous (adultes, enfants, nourrissons et personnes âgées), l’homéopathie peut être utilisée autant pour le traitement des maladies quotidiennes (toux, rhume, grippe, poussées dentaires, douleurs musculaires, etc.) que pour les pathologies chroniques (asthme, anxiété, fatigue et dépression, arthrite, etc.).